Vivre le surdon

Inscrivez-vous pour recevoir les prochaines actualités et articles par email :

J'accepte la politique de confidentialité
Faux-Self : quand la peur paralyse toute forme de vie et de changement

Faux-Self : quand la peur paralyse toute forme de vie et de changement

En tant que mécanisme de défense, le faux-self envahissant est le résultat d’une grande difficulté à adapter sa distance entre soi et le monde extérieur. Soit l’autre n’a aucune place et aucun moyen de nous toucher, parce qu’on reste derrière un masque hermétique et inamovible, soit on s’efface pleinement au profit de l’autre, au point que lui seul a le droit d’exister. Le Faux-Self se manifeste par une distanciation totale, ou une fusion totale, et donc par une coexistence impossible avec tout ce qui n’est pas soi…

Pourquoi ? Parce que la dynamique qui permet de grandir en relation avec l’extérieur a été brisée, pendant l’enfance et l’adolescence, et que la peur de l’altérité a pris pleinement le dessus.

Changer -et redonner de la place à son vrai-self- implique de se jeter enfin dans le vide situé en dehors de soi : processus d’autant plus effrayant qu’il implique de regarder en face sa difficulté à faire preuve de spontanéité et à ressentir ses propres émotions. Bref, à comprendre sa peur de vivre pleinement dans la dynamique du monde extérieur, présent objet de cet article.

Epuisement, vide intérieur et spontanéité impossible

La peur de l’autre pousse à contrôler toujours plus son image, en priant pour ne jamais être démasqué et mis à nu. Échapper à cette angoisse permanente -et maintenir le masque en place quoi qu’il en coûte- demande de mobiliser l’ensemble de ses ressources, de son intelligence, de sa pulsion vitale. Et c’est littéralement épuisant…Un tel mécanisme de défense laisse bien peu d’énergie pour construire sa place, habiter sa parole, choisir ses positionnements et donner réellement du sens à ses actes. Bref, pour se sentir vivant.

La sensation de vide intérieur vient précisément de là. Parce qu’en se situant en dehors du monde et de la relation à l’autre, on échappe peut-être à la peur d’une menace extérieure, mais on n’a plus aucun moyen de laisser s’exprimer sa spontanéité. On est totalement coupé de son Vrai-Self. De son enfant intérieur, disent certains… Pour jouer et inventer sa façon d’être dans l’instant, il est nécessaire de s’impliquer dans le monde et de pouvoir mobiliser son énergie, non pas pour se préserver de l’autre, mais pour inventer avec lui l’histoire qui va suivre.

La peur de l’altérité paralyse toute dynamique de création, et de fait, tout processus de changement. On ne peut pas remettre son Faux-Self à sa juste place sans travailler précisément autour de cette notion, de ses origines et de ses conséquences.

Déconnection affective et incapacité à agir pour habiter sa vie

Le Faux-Self, en tant que mécanisme de défense permettant d’échapper aux risques de la relation à l’autre, a des conséquences sur la perception et l’acceptation des affects.

Le Faux-Self figé permet de se distancer tellement de l’autre que plus rien de ce qu’il fait ou dit ne peut venir réveiller ses émotions douloureuses et bien enfouies. Le masque sert de rempart entre l’autre et soi, précisément parce que la relation risque de générer des affects qu’on a trop peur d’écouter. Ce qu’on oublie souvent, c’est que l’émotion est là pour servir de moteur à l’action. Sans émotion, pas de mouvement, pas de vie, pas de dynamique et pas de changement à l’horizon.

De l’autre côté du spectre des possibles, le Faux-Self caméléon fusionne pleinement avec les affects de l’autre, au point de ne plus pouvoir identifier ce qui relève de sa propre intériorité. Et ce n’est pas pour rien…Parce qu’il est plus facile de croire que ce qu’on ressent ne nous appartient pas ! En fusionnant avec les émotions des autres, en contenant leur douleur, leur tristesse et leur colère, on s’autorise à l’émotion…sans avoir à assumer le fait qu’elles nous concernent en propre ! Et une émotion non-reconnue pour ce qu’elle est, est une émotion qui ne peut en aucun cas favoriser l’action et le changement.

Qu’il soit figé ou qu’il soit caméléon, le Faux-Self permet de contourner sa peur des émotions. Parce qu’on les refoule et que l’autre risquerait de les réveiller s’il s’approchait d’un peu trop près. Ou parce qu’on fusionne avec celles de l’autre pour ne surtout pas prendre le risque de reconnaître les siennes. Dans les deux cas, en ayant peur de se confronter à ses propres émotions, on ne se permet pas d’accéder au sens de leur message. On se prive de l’énergie qu’elles génèrent, ce qui empêche de bouger, de se sentir vraiment habiter sa place, de donner du sens à ses actes et de changer.

Comment s’autoriser à vivre autre chose : affronter sa peur du changement

Pour affronter sa peur de se relier à tout ce qui n’est pas soi, il faut d’abord comprendre quelle est sa nature exacte et ce qu’elle signifie. Au fil de ma pratique et de mes recherches, j’ai identifié six formes différentes de peur qui favorisent le maintien de votre Faux-Self. Six peurs qui entravent votre capacité à changer et empêchent votre énergie vitale de s’exprimer. Six peurs qu’il faut repérer, décortiquer et travailler jusqu’à ce que vous puissiez enfin renouer avec votre vrai-self et vous autoriser à vivre dans la dynamique du monde extérieur.

Il s’agit plus précisément de :

  1. La peur de ne plus être aimé et reconnu de ses proches
  2. La peur d’être subitement exposé, agressé, rejeté
  3. La peur de lâcher prise, de ne plus rien contrôler
  4. La peur du chaos intérieur et de la perte de sens
  5. La peur d’être submergé et englouti par ses émotions
  6. La peur de la perte d’identité et de l’effondrement

Ces six peurs qui étouffent votre dynamique existentielle, je les ai répertoriées, décrites et décortiquées dans un e-book inédit, rédigé précisément pour les HPI qui cherchent à trouver leur place et dont le Faux-Self paralyse toute initiative.

Pour changer, il est nécessaire d’apprendre à agir malgré sa peur, en la désamorçant, en la regardant enfin avec plus d’esprit critique, et en comprenant ce qu’elle représente en termes de défis à venir.

Laisser un commentaire

3 × un =

%d blogueurs aiment cette page :