Inscrivez-vous pour recevoir les prochaines actualités et articles par email :

J'accepte la politique de confidentialité

CHANGER DE REGARD SUR LES PROFILS ATYPIQUES

Trouver sa place dans le monde est un processus que nous avons tous à vivre et dans lequel on ne peut s’impliquer sans un regard bienveillant posé sur soi.

Les publics HPI sont partout dépeints comme des créatures marginales, toujours aux frontières du groupe des Hommes : condamnés à briller trop haut pour être vraiment compris, terrassés d’inadaptation sociale, en suradaptation perpétuelle jusqu’à la négation complète de toute autonomie individuelle…Une vraie mythologie à remettre en cause quand on veut enfin sortir d’une vision pathologique de soi. Il est bien malaisé de changer de regard sur son avenir quand tout nous prédit le même destin tragique. C’est un piège qu’il convient de déjouer. Une histoire que nous avons tous le droit de réécrire jusqu’à ce que celle-ci nous fasse honneur. En identifiant nos ressources, en apprivoisant nos particularités et en posant un sens nouveau sur les situations que nous vivons, il est possible d’inventer une autre façon d’être au monde. Pour appartenir enfin à la Cité des Hommes, se donner le droit d’y habiter sa place et d’y parler en son nom. Avec les autres et pour les autres.

Quand on veut que l’autre change, il est souvent utile de commencer par changer son regard sur lui

Michel Vial

La relation à l’autre s’apprend

De nombreux HPI ont grandi dans l’incompréhension de leur différence et n’ont pas appris à se relier aux autres. Alors ils s’isolent, font semblant en permanence, se cachent derrière un masque figé et hermétique au monde, s’adaptent tellement qu’ils en perdent tout sentiment d’exister.

A tous ceux-là, j’ai envie de dire qu’il est possible d’apprendre à être vraiment en relation et qu’il est temps pour eux d’entamer ce processus qui permet enfin d’exister avec l’autre.

Faux-self, suradaptation et souffrance relationnelle

Trouver sa place n’est possible qu’en apprenant à se relier aux autres, au monde, à tout ce qui n’est pas soi. C’est un processus que de nombreux HPI n’ont malheureusement pas pu vivre, surtout ceux qui sont entravés par un faux-self particulièrement envahissant.

Grandir n’advient que si l’humain est en relation avec un autre semblable ; Il se perd s’il n’y a pas un autre humain pour l’accompagner

Mireille Cifali

LES SCIENCES DE L’ÉDUCATION, UNE APPROCHE HUMANISTE

L’Éducation est le processus qui permet de donner naissance à plus d’humanité. On n’a jamais fini d’être éduqué. Parce qu’on n’a jamais fini de gagner en humanité. Les Sciences de l’Éducation étudient les différents processus permettant au petit d’Homme de construire sa place dans la cité. Pour qu’il puisse un jour y parler en son nom, agir avec et pour les autres, trouver du sens à sa vie.

Les professionnels de l’Éducation ont des grilles de lecture peu connues, des concepts et des outils permettant à chacun de devenir auteur de sa vie. Si votre histoire, votre surdon ou votre faux-self vous ont empêchés jusqu’ici de vivre et d’appartenir au monde, alors n’attendez plus. Les Sciences de l’Éducation peuvent changer le regard que vous posez sur votre avenir. Ne passez plus à côté de ce qui fait votre humanité. Faites-vous accompagner par quelqu’un qui comprend vraiment ce que vous vivez.

À QUOI SERT L’ACCOMPAGNEMENT ?

Apprendre à penser autrement les situations. S’émanciper de ses entraves et de ses allants-de-soi. Multiplier les grilles de lecture sur sa vie et son avenir. Faire de nouveaux choix et inventer son chemin. Se donner le droit et les moyens de vivre autre chose. Enfin !

Ne pas réduire les publics surdoués à des malades, destinés à porter leur différence comme un fardeau sans fin. Ne pas non plus les enfermer dans un fonctionnement cognitif spécifique, comme on parlerait d’une machine dont il faudrait absolument démonter les boulons avant de l’optimiser. Pour construire sa place d’Homme parmi les autres, il faut se penser comme un Homme et uniquement comme cela, avec ses spécificités, ses ressources et ses contraintes. L’accompagnement éducatif est de loin la démarche la plus aboutie que je connaisse pour lutter contre ce sentiment infernal d’être tantôt une bête et tantôt un dieu, comme disait Aristote, mais jamais un membre de la cité. Et ne pas se sentir un Homme est une souffrance infinie, un véritable piège dont on ne peut sortir seul.

Être accompagné permet de dessiner des portes là où on ne voyait plus que des murs, c’est une démarche essentielle pour cultiver son humanité et gagner tous les jours en autonomie. Pour avancer, changer et vivre, il faut avant tout réapprendre à se penser dans la multiréférencialité, dans le changement perpétuel et le travail de sa reliance au monde. Voilà en quoi consiste mon métier. Accompagner les publics HPI vers plus d’humanité, pour qu’ils trouvent enfin dans la communauté des Hommes la place qui a du sens pour eux. Et c’est une belle mission !

L’accompagnement
change la vie !

La démarche d’accompagnement  n’a de sens que si elle est animée par une interrogation sur l’existence (et non sur un problème à résoudre) qui débouche sur une ouverture des possibilités. (...)!

Le terme « accompagnement » lui-même évoque quelque chose de substantiel, de vital pour l’existence humaine .

(Paul, M. 2004)

Faites-vous accompagner